Retour vers la page d'accueil
Vers ICAR
Accueil > Recueil > Entrée sur le terrain
Imprimer

Entrée sur le terrain

La linguistique de corpus que nous développons interroge la manière dont

- les corpus sont « fabriqués » sur le terrain ;
- les situations empiriques non provoquées par les chercheurs et documentées dans les corpus sont abordées et préservées ;
- les dispositifs d’enregistrement sont conçus in situ.
Cette approche, qui explique la façon dont est définit un corpus dans CLAPI (cf définition du corpus dans CLAPI), situe la linguistique interactionnelle comme une linguistique de terrain et ne sépare pas les corpus du terrain, du contexte social aussi bien que des pratiques d’enquête qui l’ont rendu possible.

Aborder le terrain implique un rapport à la démarche ethnographique qui a été adoptée par de nombreuses disciplines en sciences humaines et sociales : la pratique du fieldwork se révèle ainsi être

- à la fois transversale et commune à de nombreuses disciplines et approches
- et, dans ses exigences propres et les manières de faire qui en découlent, spécifique à la linguistique interactionnelle.

Aborder le terrain signifie aussi faire un certain nombre de choix, notamment en ce qui concerne les réseaux d’acteurs sociaux qui vont être concernés par la constitution du corpus.

Selon les manières adoptées pour entrer et rester sur le terrain, des enjeux éthiques et juridiques se présenteront différemment, dépendant des relations établies avec les personnes concernées.

 

Pour citer cette page : groupe ICOR 2006, titre de la page, site CORINTE
http://icar.univ-lyon2.fr/projets/corinte/