Retour vers la page d'accueil
Vers ICAR
Accueil
Imprimer

La démarche de constitution et d'analyse de corpus d'interaction

Les expériences réalisées autour de CLAPI ont permis de développer des compétences dans tous les domaines concernés par la constitution et l’exploitation des corpus d’interaction.

Les questions soulevées par la production et le traitement des corpus ne se limitent pas à des problèmes méthodologiques mais impliquent une réflexion sur l’articulation mutuellement configurante entre le travail de recueil des données et les exigences de l’analyse. Dans le champ de l’analyse linguistique de l’interaction, cela se traduit notamment dans une attention pour les détails linguistiques et multimodaux produits, mobilisés, interprétés par les participants et rendus disponibles par des techniques adéquates d’enregistrement, de transcription et d’analyse. Autrement dit, l’exigence d’accessibilité continuelle des détails pertinents de l’interaction gouverne toutes les étapes de la constitution et de l'analyse des corpus : du recueil sur le terrain à la phase de « confection », qui comporte aussi bien la numérisation, la transcription, l’alignement, la conversion, l’édition des corpus, jusqu’à la phase d’analyse proprement dite.

L’assemblage de nombreux corpus - anciens ou nouvellement constitués - dans une banque de données comme CLAPI présuppose un certain nombre d’opérations supplémentaires, qui rendent possible leur intégration dans la base : cela entraîne leur transformation et enrichissement, notamment leur préparation et leur mise en adéquation aux standards de la base, leur balisage, leur description selon des méta-données ainsi que l’établissement d’un accord entre leur responsable et le conseil de gestion de la base (organigramme de fonctionnement) .
Une fois intégré dans la base, un corpus peut faire l’objet d’une part d’un archivage, d’autre part d’une diffusion auprès des chercheurs intéressés, ceci en tenant compte du statut juridique de ce corpus, des enjeux éthiques dont il est éventuellement le porteur, ainsi que des dispositions voulues par son responsable : sur ces bases, des conventions permettant d’accéder au corpus pourront être signées.

Les différentes étapes de la démarche sont ici décrites en considérant l’imbrication de nombreuses dimensions : techniques, méthodologiques, théoriques, juridiques.

 

Pour citer cette page : groupe ICOR 2006, titre de la page, site CORINTE
http://icar.univ-lyon2.fr/projets/corinte/