COMMENTAIRES SUR :
DEVELOPPEMENT DE CURRICULUM DANS L'ENSEIGNEMENT DE LA PHYSIQUE
(Piet Lijnse)

P. Black, King's college, London, UK

 

Cette revue sur le développement de curriculum soulève pour moi trois questions principales : L'une porte sur le développement d'un point discuté brièvement dans la section 2.3 concernant la "science intégrée". Il y a eu d'importants développements dans plusieurs pays visant à un enseignement des sciences de manière coordonnée ou combinée. Pour certains, c'est idéologique - ils croient que prendre les sciences séparément est anachronique et qu'il y a une seule science. D'autres, dont je suis, ne sont pas d'accord avec ce point de vue, mais néanmoins pensent que les sciences devraient être enseignées de façon très coordonnée - de telle manière, par exemple, qu'on n'enseigne pas aux élèves l'énergie de trois manières différentes en physique, en chimie et en biologie. D'autres construisant leur curriculum à partir de thèmes, soulignent que certaines des questions les plus intéressantes se situent aux frontières entre les sciences. Dans tous ces débats, les enseignants de physique devraient se situer plus clairement sur la façon dont ils voient le rôle spécifique de la physique - et cela n'est guère fait actuellement.

Ma seconde question est liée à la première, mais pose un problème plus large qui touche à différents points de ce chapitre. Les intérêts de l'élève, dans la vie de tous les jours à l'extérieur de l'école, ainsi qu'en ce qui concerne leur avenir, sont centraux si un curriculum doit être adapté à l'élève. Assurément il y a discussion sur l'adaptation au développement cognitif, mais elle signifie que l'élève est traité seulement comme un "cerveau sur pattes". Dans tous les aspects de l'éducation, incluant la physique, nous avons à mettre l'accent sur les changements rapides de la société qui affectent la vie de nos élèves, quoi que nous fassions dans les écoles. Un exemple frappant est que certains passent actuellement plus de temps devant la télévision qu'en classe - les média enrichissent la réception passive de l'information, mais appauvrissent l'expérience de l'action pratique et le développement des relations humaines. Qu'est ce que cela implique dans le rôle de l'école ? De même, l'intérêt pour l'environnement, ou les changements dans les types des emplois sont souvent beaucoup plus importants pour les jeunes que pour leur professeur - comment le curriculum devrait-il prendre en compte tout cela ?.

Ceci conduit à ma troisième question - relative à la vie des jeunes qui change rapidement et qui va continuer à changer. Ici, la citation de la fin de la section 2 de Freudenthal est très appropriée. Cependant, j'aimerais que l'idée soit exprimée de façon plus positive. Quand une société change, en réponse, l'éducation doit changer. La tâche est de continuellement être attentif pour s'assurer que le curriculum serve au mieux les besoins des jeunes et rejoigne leurs perspectives de manière optimum - même si il vise à les changer ou les étendre. Comment pouvons-nous mener à bien un tel changement continuel - du fait qu'il est très difficile pour tout professeur de changer de buts, et à plus forte raison de méthodes pédagogiques dont il est familier et qui lui inspire confiance. Une stratégie pour promouvoir et aider le professeur à changer doit être au coeur de nos besoins - la plupart des arguments de la fin de ce chapitre le suggèrent ou le demandent, mais cet enjeu doit être mieux mis en évidence.